Expo photo

Puissantes, décalées, parfois rebelles. Dans certaines sociétés traditionnelles, les femmes semblent marcher la tête plus haut qu’ailleurs. Mes différents reportages journalistiques m’ont amenée à la rencontre de ces communautés où les femmes sont reines.

De la Chine au Myanmar, en passant par la Namibie et le Mexique, ces clichés révèlent le rôle social prépondérant des femmes Mosuos, rare société matrilinéaire de la planète où le nom et l’héritage se transmettent de mère en fille, des nonnes bouddhistes qui viennent en aide aux orphelins, des femmes Himbas dont les rituels de beauté traversent les âges, et des dames fortes de Juchitan qui tiennent les rênes de l’économie de toute une cité. 

Juchitan : Ici les femmes décident

Vêtues de riches robes brodées, la tête flanquée des deux tresses typiques de la région, les femmes zapotèques de Juchitan continuent à faire débat auprès des chercheurs. Dans cette communauté du sud du Mexique, héritière de l’une des plus grandes civilisations préhispaniques, les femmes administrent le salaire des hommes, jouissent d’une indépendance inexpliquée et tiennent les rênes de l’économie locale dans un pays pourtant réputé machiste.

Chez les Mosuos : Pas de mari, que des amants !

Chez les Mosuos, les femmes nʼont pas de mari, que des amants! Dans cette communauté blottie à l’orée de l’Himalaya, autour du lac Lugu, les femmes peuvent accumuler les aventures et avoir plusieurs enfants de pères différents, sans jamais choquer personne. D’ailleurs, le mot « père » n’existe pas. Unique, la société mosuo fait partie des rares sociétés matrilinéaires de la planète : les grands-mères sont les chefs des familles et ce sont les femmes qui possèdent les terres, transmettent le nom et lʼhéritage.

Nonnes au Myanmar : Une vie en rose pâle

En Birmanie, 50.000 nonnes bouddhistes ont renoncé à la sexualité, à la vie de famille et à leur chevelure pour se rapprocher du Nirvana. Réveils à 4 heures, douches froides, respect des « dix préceptes », célibat… La vie de nonne suit une stricte discipline. Courageuses, ces femmes contribuent à développer lʼenseignement des filles et pallier ainsi les carences sociales. Lieux de cultes, leurs nonneries servent aussi de refuge aux femmes en difficulté et aux orphelins dans lʼun des pays les plus pauvres dʼAsie.

Namibie : Séduction & rituels de beauté

Reconnaissables à leur peau rouge teintée d’ocre, les femmes himbas sont réputées pour la relation exceptionnelle qu’elles entretiennent avec leur beauté. Au milieu des terres arides, où l’usage de l’eau est interdit pour se laver, leurs rituels de beauté rythment la vie et revêt d’importants enjeux de séduction. Dans cette société ancestrale polygame, les femmes affichent fièrement leur nudité et contribuent au maintien de traditions aujourd’hui menacées.

 

LIEUX & DATES
  • Exposition du 7 juin au 15 septembre 2018 à Bruxelles au sein de la maison de voyages Continents insolites, située rue César Franck 44A, à 1050 Bruxelles, Belgique. 
  • Exposition les 23 & 24 novembre 2018 au House 17, Luxembourg. 
  • Exposition à Lyon du 30 novembre au 6 janvier au 38 Quai Arloing, 69009 Lyon, France. 
  • Prochaine exposition à Paris.Le bénéfice des ventes a été entièrement versé à l’orphelinat birman Aye Yeik Mon à Mandalay pour la construction d’un nouveau bâtiment hébergeant 25 petites filles.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑